Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature

accueil frapna drome4

◄ Retour

Chasse et condition animale : sommes-nous prêts à en parler ?

CatégorieAnimation
Dernière date 17 09 2017
Lieu Montélimar

Projections-débats au cinéma Les Templiers à Montélimar :

  • vendredi 15 septembre à 20h30
  • et dimanche 17 septembre à 18h.

En introduction, projection du film de la réalisatrice Kate Amiguet : Chasseur, tueur, imposteur ?

Le débat sera animé par Roger Mathieu, président d’honneur de Frapna Drôme Nature Environnement et Jean-Louis Chuilon, représentant l’association à la commission départementale de la chasse et de la faune sauvage (CDCFS).

Le respect de l’animal domestique
En occident, la question du respect de l’animal domestique a été largement débattue depuis plus d’un siècle et d’innombrables personnages illustres (politiques, scientifiques, philosophes) y ont pris part en s’engageant pour la défense de la condition animale. Aujourd’hui, un consensus existe au sein de la population. Même si, dans certains esprits, un long chemin reste encore à parcourir : il est rare que, dans le débat public, l’homme contemporain défende l’idée qu’on puisse faire souffrir intentionnellement ou mettre à mort, pour le plaisir, un animal domestique.

Et de l’animal sauvage
Les rapports de la faune sauvage avec l’homme contemporain n’ont pas évolué depuis… l’époque romaine. Résumons son statut en une phrase : l’animal sauvage reste une chose qui n’appartient à personne, ou plutôt qui n’appartient qu’à celui qui le tue. Aujourd’hui, il ne paraît pas être politiquement correct de parler du respect de l’animal sauvage en tant qu’être sensible. Par exemple, sommes-nous socialement autorisés à écrire, en France, ce qui n’est, après tout, qu’une évidence : le chasseur fait souffrir et met à mort, intentionnellement et pour son plaisir, un animal sauvage ? Il s’agit pourtant de LA définition de la chasse. Il est rare qu’à la chasse la mise à mort soit instantanée. La plupart du temps, l’animal est blessé ou agonise et il doit être achevé… s’il est retrouvé. Lorsque l’animal est une femelle qui a en charge des jeunes dépendants, sa mort entraîne la mort lente et douloureuse de la portée ou de la couvée. Peut-on parler du stress de l’animal poursuivi par une meute de chiens pendant les battues ou de l’animal pris au piège ? Toutes ces pratiques appliquées à un animal domestique enverraient son auteur directement en prison. Ces sujets de la sensibilité et du respect, librement débattus en ce qui concerne l’animal domestique, deviennent tabous s’agissant de l’animal sauvage. C’est le lobby de la chasse qui, pour des raisons évidentes, cultive et entretient soigneusement ce tabou…
Ces mots sont extraits du Manifeste pour l’abolition de la chasse de divertissement publié par Frapna Drôme Nature Environnement.

Frapna Drôme Nature Environnement vous invite à ces deux projections-débats pour en parler !

 
 

Toutes les Dates

  • 17 09 2017
  • 15 09 2017

NUMÉRO D'ÉTÉ

 n189

   Suivre par RSS