Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature

Préserver les terres agricoles à Valence

 

Une ceinture verte ou une ceinture commerciale pour Valence ?

L’implantation d’un "village sportif" Décathlon/Oxylane a été proposée à la Mairie de Valence. Ce projet a été présenté et étudié en Conseil Municipal en mai 2010.
Il empiéterait sur la ceinture verte de Valence et occuperait 45 ha de terres agricoles.
Face à ce projet, des associations, des citoyens, des agriculteurs, des riverains… se mobilisent pour éviter l’installation de ce complexe.
La FRAPNA Drôme se propose ici de présenter un dossier sur les différents éléments et actions entreprises à ce jour par les associations et les différentes personnes concernées par ce projet.

 

Juillet 2012 - Le Conseil Municipal débat de l'avenir des terres agricoles de Valence

Le Conseil Municipal a abordé dans sa séance du 11 juillet 2012 l'avenir des terres agricoles de Valence. Retrouvez ci-dessous le communiqué préalable de la FRAPNA Drôme sur le sujet, la version distribuée de la prise de parole du Collectif Ville Campagne lors de cette séance, puis le communiqué du Collectif à l'issue de la séance.

 

 

Communiqué de presse du collectif Ville Campagne du 12 juillet 2012

En fin de séance, (soit environ 21h45 jusqu’à 23h15), le Conseil Municipal de Valence a débattu du Projet de développement durable du Plan local d’urbanisme. Le Collectif Ville Campagne regrette qu’un projet qui engage l’avenir de Valence pour des décennies ait été contraint par cette heure tardive.

Au cours d’un débat houleux, notre Collectif a pu exprimer ses positions sur ce projet. Il a remis au Maire la pétition « Sauvons les terres agricoles » qui a recueilli près de 5 000 signatures, dont 1 750 de valentinois.

Les réponses du Maire montrent qu’il s’obstine sur ses objectifs de rendre constructibles les secteurs de Rousset et de Maninet, les meilleures terres agricoles de Valence. Il continue donc à soutenir les projets d’Oxylane-Décathlon et de Clause-Tézier.

Nous rappelons que ce Collectif s’est créé en réaction à l’urbanisation d’importantes surfaces agricoles dans l’agglomération valentinoise. Son objectif est  que « plus un mètre carré de terre classé en zone agricole dans les documents d’urbanisme en vigueur ne doit changer d’affectation ». Il est donc prêt à intervenir, si besoin, dans d’autres communes pour s’opposer à des projets qui feront encore disparaître du foncier agricole.

Produire, transformer, commercialiser ici et maintenant, engendre des créations d'emplois qualifiés et non délocalisables, limite la pollution des transports routiers, et permet avec une volonté politique forte de produire une alimentation de qualité, et de reconquérir une autonomie alimentaire.
La crise économique actuelle ramène les grecs vers les champs et non vers la consommation de loisirs sportifs. La souveraineté alimentaire est une nécessité et ne peut attendre.

Le changement doit être maintenant !

Contact :

Collectif Ville Campagne
ville.campagne (at) gmail.com


FRAPNA Drôme
38 avenue de Verdun
26000 VALENCE
04 75 81 12 44

 

Mai 2012 - Signez la pétition pour que plus aucun mètre carré de terre agricole ne soit sacrifié

Le Collectif Ville Campagne vous invite à signer sa pétition pour protéger nos terres agricoles. Stop au bettonage des terres agricoles, assez de grandes surfaces commerciales ! Oui à une agriculture nourricière de proximité, des emplois pour demain !

Au moment où le coût des transports augmente, où la pollution de l’air s’aggrave, et face à l'augmentation de la demande locale de produits alimentaires de qualité pour notre santé, pouvons-nous continuer à hypothéquer notre avenir et celui de nos enfants en laissant des groupes industriels ou financiers stériliser des terres fertiles ?

Nourrir les habitants de l'agglomération valentinoise est un impératif vital (à elle seule la cuisine municipale produit 4000 repas par jour), on ne peut laisser encore disparaitre des terres agricoles à Valence. (En 10 ans la Drôme a perdu 26 493 ha de terres agricoles soit 12% de la surface agricole utile, et cela continue: la surface d’un département français bétonnée tous les sept ans, 1 hectare par jour dans la Drôme).

Le maire de Valence, président de l'agglomération, ignore gravement cette exigence en soutenant le projet de suppression de terres agricoles en proximité de la ville, préférant favoriser le transfert de l'entreprise Décathlon et la forte réduction du domaine Clause-Tézier de Maninet, plutôt que l'installation d'une filière agricole ayant vocation à alimenter la population locale :

Produire, transformer, commercialiser ici et maintenant, engendre des créations d'emplois qualifiés et non délocalisables, et NOUS NOURRIT !

Tous ensembles, nous demandons que plus aucun mètre carré de terre agricole ne soit sacrifié :

Pétition pour la protection des terres agricoles, format pdf (64 Ko)

Imprimez la pétition, signez-la, faites-la circuler et renvoyez-la au Collectif par courrier ou sur place à la FRAPNA Drôme, 38 avenue de Verdun, 26000 Valence, ou par mail à ville.campagne (at) gmail.com.

Le Collectif Ville campagne :

FRAPNA Drôme, AGRIBIODROME, ARTISANS DU MONDE, CONFEDERATION PAYSANNE, EELV, PG26, TERRE AVENIR VILLE, DE MEMOIRE DE TERRE, STOP OGM.

 

Mars 2012 - La FRAPNA Drôme adopte une motion pour la protection des terres agricoles

Lors de son Assemblée Générale 2012, la FRAPNA Drôme a adopté, à l'unanimité, une motion pour la protection des espaces agricoles :

Pendant la décennie 2000-2010, la surface agricole utile (SAU) de Rhône-Alpes a diminué de 6%. C’est la première région française consommatrice de terres agricoles en France. La SAU drômoise a perdu 26 493 ha soit une diminution 12%, le plus fort taux régional.

Cette perte résulte de politiques d’aménagement laxistes qui privilégient un développement de l’habitat et des activités commerciales et industrielles sur les terrains agricoles. Cette solution de facilité qui ne peut pas perdurer, permet aux responsables de ne pas intervenir sur les logements vacants, de ne pas reconstruire la « ville sur la ville » et de ne pas requalifier et densifier des zones d’activités existantes.

C’est ainsi que les POS, PLU et cartes communales ont détruit et gaspillé ces importantes surfaces agricoles dont une partie significative était irriguée. Cette destruction a pour conséquence une diminution des productions agricoles et alimentaires locales.

Constatant que les zones d’urbanisation programmées dans les documents d’urbanisme existants permettent de répondre largement aux besoins de logement et d’activités de la population drômoise, la FRAPNA -Section Drôme réunie en assemblée générale le 16 mars 2012 agira dans le cadre des révisions des SCoT, PLU et cartes communales, pour que :

« Plus un mètre carré actuellement classé en zone agricole ne devienne constructible ».

Constatant que la Drôme subit des périodes de sécheresse de plus en plus fréquentes et souhaitant que la population drômoise continue à bénéficier de productions alimentaires locales l’Assemblée générale demande que :

« Plus aucun terrain desservi par un réseau d’irrigation ne soit urbanisé, même s’il est classé en zone constructible dans un document d’urbanisme ».

Motion adoptée à l’unanimité.

 

Juillet 2011 - Accueil des cyclistes de l'AlterTour sur le terrain agricole convoité par "Décathlon-Oxylane"

Le collectif « ville-campagne » a reçu les cyclistes de l’AlterTour lors d’une étape à Valence sur les terres agricoles (vers Briffaut) convoitées par Décathlon pour son projet de terrain de loisirs « OXYLANE » le mercredi 13 juillet.
Une conférence de presse s'est déroulée sur les lieux avec l’intervention de membres du collectif ville-campagne et de Michèle Rivasi, députée européenne Europe Ecologie Les Verts et marraine de l’Alter-tour.

 

Mai 2011 - Avenir des terres agricoles de Valence, où en est-on ?

Le projet « Oxylane/Décathlon » est règlementairement gelé car la révision du PLU de Valence, liée à l’élaboration du SCoT avance lentement.
Cependant les promoteurs continuent leurs démarches auprès des propriétaires afin de les inciter à signer des compromis de vente.
Le Collectif « Ville-Campagne » qui s’était constitué dés la connaissance de ce projet s’est renforcé et structuré. Une de ses actions est d’épauler les propriétaires en les mettant en relation avec des habitants du quartier de Chaux Vaugrand à Bourg-lès-Valence qui ont été dans la même situation.
Le Collectif va élaborer un protocole pour analyser les projets analogues. Il réfléchit également sur un argumentaire qui analysera, en particulier, la diminution des surfaces des terres agricoles et comment développer des moyens d’action à long terme…

 

 

 

> Retour à la page Comprendre les enjeux de l'aménagement des territoires

NUMÉRO D'ÉTÉ

 n189

Agenda

 ◄◄  ◄  ►►  ► 
août 2017
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
Date :  19 08 2017
20
21
22
23
24
25
27
28
29
31
   Suivre par RSS