Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature

accueil frapna drome4

Economiser les ressources

 

Les ressources naturelles ne sont pas inépuisables, et chacune de leurs utilisations demande en outre de l’énergie. Mettre en place un ensemble de petites astuces dans sa maison s’avère un moyen efficace de faire des économies.

"Je récupère l'eau de douche !"

"Quand on est sensibilisé au prix et à la rareté de l’énergie, il apparaît que l’eau chaude de la douche ou du lavabo que l’on envoie dans les égouts est un énorme gaspillage.
Fort de ce constat, j’ai dévié les eaux usées chaudes de la salle de bain vers un radiateur à eau situé au sous-sol de ma maison. Cette énergie récupérée est restituée dans le sous-sol qui est une partie chauffée de la maison. Le gain est modeste au quotidien mais multiplié par des milliers de jours d’utilisation, cela représente une économie d’énergie très importante." Bernard - Bourg-lès-Valence.
 

"Je mesure ma consommation électrique !"

"Pour réduire sa consommation électrique, il faut la connaître !
Je me suis procuré un appareil de mesure de consommation énergétique, et j’ai mesuré la consommation de nos différents appareils. Les plus gros : machine à laver, frigidaire, congélateur, plaques électriques, mais aussi les plus petits. C’est de ces derniers qu’est venue la surprise : en effet, certains appareils consomment de l’énergie, même éteints. Pour éviter de brancher/débrancher à chaque utilisation, j’ai inséré un bouton « marche/arrêt » sur le fil électrique du poste de radio et du jet dentaire. Même surprise pour la télévision, qui consomme la même chose en mode veille ou éteinte…
Comment ça marche ? Il suffit de brancher l’appareil de mesure entre la prise murale et l’appareil.
Un conseil : prêtez-vous cet appareil qu’on utilise environ une semaine, le temps de tester l’un après l’autre tous nos appareils électriques." Christian - Granges-lès-Valence.
 

Des appareils ménagers adaptés !

Entre  1985 et 2008, la consommation électrique des usages spécifiques liés aux équipements ménagers a été multipliée par 2. Des progrès certains ont été faits sur la performance de ces appareils mais parallèlement taille et nombre augmentent significativement. Un gros équipement consommera toujours davantage même si l’étiquette-énergie indique un classement en A +.
Il est donc important de s’interroger avant un achat ce dont on a RÉELLEMENT besoin : un lave-linge de 7 kg alors que la charge moyenne pour une lessive est de 4 kg ? Un réfrigérateur de 300 litres pour une personne seule ?
Et on ne parlera pas des équipements hi-fi et de bureautique qui explosent !
Un très bon guide de l’Ademe (avril 2011) à consulter sur les équipements électriques au domicile : http://ecocitoyens.ademe.fr.
 

recuperation eau pluie

"J'utilise l'eau de pluie !"

"Utiliser l’eau de pluie pour le lave-linge ou les toilettes.
La récupération de l’eau de pluie est un sujet d’actualité, cependant les réservoirs proposés ne dépassent pas 1 ou 2 m3 ce qui est insuffisant pour stocker de grandes quantités d’eau.
Pour ma part, j’ai la chance d’avoir une piscine et m’en sers donc comme réservoir pour l’hiver. Quand il pleut, l’eau du toit est dirigée vers la piscine d’une contenance de 25 m3. Cette eau stockée, est complétée à chaque pluie. Elle est raccordée à une petite pompe surpresseur qui alimente un réseau d’eau dite grise sur lequel sont branchés le lave-linge et les toilettes.
Pour des raisons de sécurité, il n’est pas possible de relier ce réseau au réseau d’eau potable.
Les 2 mois de l’été où la piscine est utilisée, les toilettes et le lave-linge sont raccordés sur le réseau normal de la maison. Le gain réalisé est de 70 m3 par an. Ma consommation est passée de 100 m3 à 30 m3." Bernard - St Marcel-lès-Valence.
 

"Rien ne se perd..."

"Quand je taille les haies, les arbustes, les arbres de mon jardin, au lieu de brûler les résidus ou de les emmener à la déchetterie, je les transforme en une manne pour le sol.
Je broie les branches pour les épandre directement sur le sol ; 3 cm d’épaisseur suffisent. Les champignons s’y installent pour consommer le bois, toute une faune suit et redonne vie au sol, imitant en cela le savoir faire de la forêt.
Je préfère les branches d’essences feuillues et si j’ai du résineux, je recouvre plutôt les allées du jardin.
On m’a dit que je faisais du BRF ou bois raméal fragmenté !
Les arrosages sont revus à la baisse ; les adventices, moins agressives, sont plus faciles à désherber et les plantes respirent la santé." Nicole - Crest.
 

isolation maison

Améliorer l'isolation thermique de sa maison

Optimiser sa maison pour qu’elle dépense moins d’énergie est aujourd’hui facilement réalisable grâce aux méthodes d’isolation. Vous pouvez contacter votre Espace info énergie (ADIL 26 pour la région valentinoise, CEDER pour le sud Drôme) pour obtenir des conseils et des informations sur les aides de l’État. Dans le numéro spécial 144 des Épines drômoises, retrouvez aussi un dossier sur l’écoconstruction avec de nombreux témoignages locaux.
 

toilettes seches

"Toilette made in Drôme"

"Un étudiant africain, rencontré dans un train, nous dit : « Vous avez de la chance… Vous avez de l’eau, ici… ». Il ajouta : « pour le moment ! ».
Comment, à notre niveau, ne plus gaspiller cette richesse ?
Robinets et douche étaient déjà équipés d’économiseurs d’eau… Un collecteur d’eau de pluie a bien vite trouvé sa place dans le jardin, à l’angle nord de la maison, mais nous voulions aller plus loin.
C’est pourquoi, à la fin de l’hiver, nous avons inauguré nos toilettes sèches extérieures ! Toilettes made in Drôme, cela va sans dire. Le bois acheté à la scierie* la plus proche (par chance à 5 km de notre domicile) a servi à fabriquer les toilettes et leur abri. Quelques revues écologiques à l’appui, les travaux ont été rondement menés par le bricoleur habituel !
Après 5 mois d’utilisation, le bilan est positif d’autant plus que le compost obtenu va réjouir la terre du potager.
Depuis, un autre « bloc toilettes » a voyagé par TER, emporté par un de nos enfants… envieux.
On n’arrête pas le progrès !" Sophie - Montélier.
 

"Je fais des réunions à distance !"

"Réunions par ci, réunions par là… que ce soit pour le travail ou pour des activités associatives, nous sommes tous sollicités pour participer à des réunions parfois assez loin de chez nous et qui nous font perdre pas mal de temps… Il arrive qu’on débatte même sur le développement durable et que l’on manque de cohérence sur ce point. Bien souvent encore, on découvre trop tard qu’une personne empruntant la même route que nous est venue seule dans sa voiture ! Il faudrait déjà systématiser une coordination pour le covoiturage.
Il existe aussi des moyens relativement simples et assez peu coûteux pour se réunir et discuter à distance avec les réunions téléphoniques. Que de temps gagné et d’énergie, souvent carbonée, économisée ! Avec un minimum de discipline pour éviter les bruits parasites, la réunion peut se dérouler comme d’ordinaire mais de chez soi. Depuis que j’ai adopté ce mode de fonctionnement, des réunions qui n’auraient pu se faire faute de disponibilité suffisante deviennent possibles et supportables. Bien sûr il faut conserver quelque temps de rencontre réelle et ne pas tomber dans la réunionnite pour un oui ou un non ! Nous pouvons tous proposer la téléconférence dans nos entreprises et notre vie citoyenne." Éric - St Paul-Trois-Châteaux.
 

ordinateur teleconference

Éteindre les veilles

Les appareils électriques consomment de l’énergie, même pendant leur mode veille. Pour un ménage, ce gaspillage électrique peut représenter 10% sur la facture d’électricité. A l’échelle de la France, il représente le quart de la production d’une centrale nucléaire (10TWh = la production d’un réacteur nucléaire) ou si vous préférez 2,5% de la consommation totale (source ADEME).
Certes, le mode veille des appareils consomme moins qu’avant, mais leur multiplication (ordinateur, modem, radio-réveil, Hi-fi, démodulateur...) et la possibilité de différer le démarrage des machines par une veille (lave-vaisselle, lave-linge, cafetière...) n’ont fait qu’augmenter le gaspillage.
Alors qu’attendons-nous pour éteindre nos veilles ? Économisons nos sous, nos appareils, et un  réacteur nucléaire !
 

 

Retour au menu principal Petits gestes, grand changement

NUMÉRO D'HIVER

 n191

Agenda

 ◄◄  ◄  ►►  ► 
mars 2018
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
   Suivre par RSS